Le Sueur

 

 
 
Eustache Le Sueur
La salutation angélique
1652; 297 x 227 cm
PARIS, Musée du Louvre
 

 

L'immatérialité domine cette scène épurée, envahie par une lumière et un jeu chromatique quasi surnaturels, et le décor, extrêmement dépouillé, s'efface devant l'irruption angélique. Les expressions solennelles des personnages ne laissant transparaitre aucun signe d'affect et leur beauté idéalisée et académique leur confère un caractère déshumanisé. L'ensemble est simplifie et stylise à l'extrême car le peintre ne raconte plus l'évènement. Un réseau de signes, porteurs de sens, illustrent la vision intemporelle de l'Annonciation. Les peintres néoclassiques n''iront guère plus loin dans cette voie.

 

 

Retour

 

 

♫ Pachelbel : Canon en ré majeur