Titien

 

 

Titien

(Tiziano Vecellio, dit Le )

Vers 1564-65

 

 

 

Titien exploite un schéma peu habituel dans son œuvre puisque les protagonistes partagent le même espace, selon une répartition hiérarchisée en profondeur. La Vierge, bien qu'en position d'humilité, occupe le premier plan tandis que l'Ange surgit d'une obscurité habitée par le donateur. L'espace continu est ici compartimente par la lumière qui renforce la narrativité et la lisibilité de la scène. Titien a exploite dans ce tableau "le potentiel scénographique de la chapelle" car cet éclairage provient d'une fenêtre attenante a l'autel. Le peintre mêle ainsi l'espace réel et humain à cet événement divin.

 

 

 

 


Vers 1535-1540
166 x 266 cm


Titien reprend ici une composition déjà éprouvée, en divisant l’espace de façon schématique par des verticales et des horizontales. Le champ pictural s'articule principalement autour de l’orthogonale créée par l’intersection du parapet et de l'enfilade de colonnes, organisation géométrique qui régit la disposition conventionnelle des protagonistes- Gabriel, sorte de Mercure angélique (cf. Panofsky p-51) s'adresse a Marie (dont le visage n'est pas sans rappeler celui de La Venus d'Urbino , 1538), qui incarne la nouvelle Eve, comme en attestent les nombreux objets symboliques qui l'entourent (perdrix, pomme, feuille de figuier). Cette toile Sanscrit dans la période dite "classique" du Titien.

 

 
 
 
Vers 1519-1520
207x179 cm

 

Titien exploite un schéma peu habituel dans son œuvre puisque les protagonistes partagent le même espace, selon une répartition hiérarchisée en profondeur. La Vierge, bien qu'en position d'humilité, occupe le premier plan tandis que l'Ange surgit d'une obscurité habitée par le donateur. L'espace continu est ici compartimente par la lumière qui renforce la narrativité et la lisibilité de la scène. Titien a exploite dans ce tableau "le potentiel scénographique de la chapelle"  car cet éclairage provient d'une fenêtre attenante a l'autel. Le peintre mêle ainsi l'espace réel et humain à cet événement divin.

 

 

 

Retour

 

♫ J. – S. Bach : Prélude pour orgue BWV 645